Plastique, le grand fléau environnemental en Tunisie

Plastique, le grand fléau environnemental en Tunisie

Event

Soucieuse de la quantité de pollution de plastique ingérable partout en Tunisie, la Fondation Heinrich Boll a organisé un Breakfast Talk avec les nouveaux élus et les représentants des agences nationales de sauvegarde de l'environnement dans la cadre de l'exposition ''La Mer....destination finale!'' qui se déroule au Palais Kheireddine jusqu'au 14 octobre 2018.

Créé par: hbs-Tunis. Tous droits réservés.

Débattre la dépendance des tunisiens au plastique et la gestion des matériaux à base de plastique ne peut se faire sans implication et intégration des Institutions publiques nationales spécialisées dans le sujet ainsi que les nouveaux élus qui disposent désormais d’une très grande responsabilité en matière de dépollution et de lutte contre la pollution en plastique.

A cet effet, un Breakfast Talk a été tenu le vendredi 14 septembre 2018 au Palais Kheireddine à la Médina de Tunis, regroupant à la fois certaines agences nationales de lutte contre la pollution. Telles que, l’Agence Nationale de Protection de l’Environnement, l’Agence de protection et d’Aménagement du Littoral, l’Agence Nationale de Gestion des déchets et l’Institut National des Sciences et Technologies de la Mer. Quelques nouveaux élus sur des Municipalités du Grand Tunis (Tunis, Ariana, Kram, Sidi Bou Said, Raoued, Manouba, Ben Arous et Carthage) ont également répondu présent.

Créé par: hbs-Tunis. Tous droits réservés.

L’objet de cet événement était d’échanger sur les mesures entreprises par chaque institution et administration dans la lutte contre la propagation monstrueuse et explosive du plastique et toute la pollution qu’il provoque. De plus, le Breakfast Talk était une opportunité pour vérifier à quel point il y’a une adhésion à la décision d’interdiction de sacs en plastique dans les grands magasins qui a été appuyée au mois de juin 2018 par un  projet de décret réglementaire émanant du Ministre des Affaires Locales et de l’Environnement pour “interdire la fabrication, l’importation et la distribution des sacs en plastique non biodégradables”. Ce décret est d’ailleurs soumis actuellement aux services de la présidence du gouvernement.

Notre Breakfast Talk a démarré avec une visite guidée de l’exposition ‘’la Mer…destination finale ?’’ organisée par la Municipalité de Tunis et qui est à l’origine préparée par le « Museum fuer Gestaltung » de Zurich en Suisse.  L’exposition se poursuivra à la Médina jusqu’au 14 octobre 2018.

Créé par: hbs-Tunis. Tous droits réservés.

Cette visite a permis aux invités de découvrir l’ampleur de la pollution en plastique qui se déclenche généralement sur terre, et finit majoritairement dans les mers et les océans suite à l’action du vent pour les produits légers ou bien à travers les rivières et les oueds transportant tous dans leur passage avant de les déverser à la mer. En effet, plusieurs rapports scientifiques ont prouvé qu’environ 80% du plastique se trouvant dans les océans et les mers proviennent de la terre. Dans la même analyse, et étant donné que nous nous trouvons au sommet de la chaîne alimentaire, en polluant la mer avec le plastique, nous finissons par les retrouver dans nos assiettes. Mais cette fois, de taille infime presque non visible à l’œil nu. C’est ce que nous appelons microplastique.

Juste après la visite guidée, une séance de débat et d’échange a été tenue pour recueillir la perception des invités et leurs commentaires sur ce qu’ils ont pu observer et quels moyens seraient-ils nécessaires pour s’opposer à ce fléau.

Ce qui a été noté lors des discussions, c’est que les municipalités galèrent toujours dans la sensibilisation des consommateurs jetant leur déchets au mauvais endroit et assez souvent insoucieux du devenir de ces déchets et de leurs impacts sur la vie marine et la santé humaine. Les quelques programmes et initiatives lancés par les autorités et les municipalités demeurent insuffisants et ne disposant pas d’une vision à long terme.

Ainsi, la plupart des intervenants ont responsabilisé les citoyens et très peu d’entre eux ont évoqué dans leurs propos les producteurs utilisant parfois inutilement du plastique comme par exemple le fait d’emballer des  produits déjà emballés dans des matériaux à base de plastique ou bien de carton.

Ici, la question qui se pose c’est, avons–nous réellement besoin de plus de plastique ?

Créé par: hbs-Tunis. Tous droits réservés.

L’autre point qui ne manque pas d’importance, c’est que tous nos invités se sont accordés sur l’urgence d’agir et sur la gravité de la pollution qui s’amplifie chaque jour. Toutefois, chacun essaye de s’activer de son côté comme ca lui semble juste et convenable sans qu’il y ait forcément de coordination avec d’autres organismes spécialisées.

Ce que nous constatons de notre côté, c’est qu’il y a encore plusieurs lacunes à l’échelle des communes, des agences nationales et aussi du Ministère des Affaires Locales et de l’Environnement pour gérer cette crise d’une manière bien planifiée et stratégique impliquant les consommateurs, mais aussi les producteurs.

Créé par: hbs-Tunis. Tous droits réservés.

Si notre Breakfast Talk a soulevé plus d’interrogations que d’avoir répondu aux questionnements des invités, c’est que l’autre but non annoncé de l’événement était de relancer le débat sur le plastique en vue de préparer la conférence que nous organisons le mardi 2 octobre 2018 à 18h30 à l’hôtel Africa, lors de laquelle nous espérons fournir quelques éléments de réponse et des pistes de réflexion sur le sujet de plastique en Tunisie.

 

0 Commentaires

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire