Le cinquantenaire de perspectives-Amel Tounsi - Démocratie

Le cinquantenaire de perspectives-Amel Tounsi - Démocratie

Perspectives 50

Le cinquantenaire de perspectives-Amel Tounsi

Le cinquantenaire de perspectives-Amel Tounsi

Le Mouvement Perspectives connu aussi sous le nom d’El Amel Ettounssi, né à la fin des années 50 à Paris sous la houlette d’étudiants tunisiens, a toujours été considéré comme l’un des principaux mouvements de l’opposition tunisienne durant les années 60 et 70 à l’ère bourguibienne. Cependant, ce mouvement, disparu selon certains ou n’ayant pas survécu à ses multiples implosions selon d’autres est resté quasi inconnu de la génération nouvelle, celle qui a participé à la Révolution. L’association Perspectives 50, fêtant le cinquantenaire du mouvement, a organisé un colloque international d’une part pour rassembler les témoignages de ses militants, rendre hommage aux disparus et faire parler de l’impact que ce dernier a eu sur le paysage politique d’hier et l’héritage qu’il continue de semer jusqu’à aujourd’hui.

Organisé à Tunis les 18, 19 et 20 Décembre 2013 à l’enceinte de la Bibliothèque Nationale de la capitale, le colloque de l’association, soutenu également par la Fondation Heinrich Böll, était intitulé « Histoire et prolongement ». Sur les trois journées consacrées à l’histoire de ce mouvement, nous avons pu assister à différentes interventions, conduites par les militants perspectivistes et par d’imminents chercheurs, politologues et historiens, mais aussi à une lecture de poèmes, tous dédiés au poète égyptien disparu Ahmed Foued Najm et à une cérémonie de dépôt des archives de Perspectives à l’établissement des Archives Nationales Tunisiennes.

Les travaux du colloque ont porté sur cinq axes principaux qui sont ‘’Perspectives dans l’Histoire contemporaine’’, ‘’Ressorts socio-économiques des mouvements révolutionnaires’’, ‘’Amorce de procès politiques de type nouveau, de luttes carcérales et de défense des Droits de l’Homme’’, ‘’Perspectives, ferment d’une culture émancipatrice’’ et ‘’Dynamique révolutionnaire d’hier et d’aujourd’hui’’. Les trois journées des travaux ont été respectivement dédiées à Noureddine Ben Khedher, Mohamed Ben Jennet et Ahmed Othmani, piliers du mouvement et disparus aujourd’hui. Cet hommage, avec la portée de tout l’événement, constitue pour les membres de l’association Perspectives 50 ainsi que leurs amis, un devoir de mémoire envers la Tunisie et envers les mouvements contestataires qui ont participé, autant hier qu’aujourd’hui à la construction de l’Etat Tunisien.

Tour à tour, ont défilé sur le podium Hedi Jellab, Michaël Béchir Ayari, Michel Cameau Raymond Ben Hayem, Hafidha Chekir, Radhia Nasraoui et d’autres encore. Les communications ont porté sur des sujets tout aussi différents les uns des autres, où les témoignages se sont mêlés à l’analyse, autour des circonstances de la naissance du mouvement, de l’apport de la génération des perspectivistes dans les luttes pour les libertés, de l’impact de Perspectives sur la culture contemporaine et de son rôle dans la création d’un modèle qui est considéré aujourd’hui comme une école.

Les intervenants du colloque ‘’Histoire et prolongement’’ n’étaient pas que tunisiens, puisque d’imminents contributeurs comme Sarra Palli de l’Italie qui a longuement travaillé sur l’histoire du mouvement Perspectives, Michel Cameau de France dont la contribution portait sur la contre conduite et l’état de domination durant les activités du mouvement, ou encore Anouar Moghith d’Egypte autour de l’avenir de la gauche entre les missions politiques et culturelles étaient de mise à cette programmation d’envergure.

Au-delà de la dimension participative des militants du mouvement et des contributeurs qu’ils soient historiens ou politologues, nous avons noté la présence de deux générations imprégnées différemment par le mouvement Perspectives, à savoir Sadok Ben M’henni et Lina Ben M’henni, qui ne sont autres que père et fille. A la question que nous avions posé à Lina Ben M’henni qui était ‘’Comment as-tu trouvé l'idée de participer au 50ème anniversaire du mouvement?’’, celle-ci nous a répondu qu’elle n’a pas hésité une seconde avant d'accepter de présider une session de lecture de poèmes. Pour elle, ce fut un honneur de le faire, puisqu’elle a toujours cherché à comprendre le mouvement de Perspectives - Amel Tounsi et qu’elle a toujours cherché à connaitre de près ses protagonistes et à comprendre leur militantisme. ‘’Le fait qu'on m'ait choisi pour présider la session, dit-elle, m'a agréablement surprise. Je pense que l'idée était bonne d’autant plus qu’elle représente une tentative pour combler le fossé entre les générations.’’ Au fil de la discussion, avec le père et la fille Ben M’henni, nous avions cherché à comprendre ce qui restait du mouvement Perspectives chez la génération nouvelle, celle des jeunes de ce pays. Lina, en tant que fille d’un militant de ce mouvement nous dit à ce sujet : ‘’Je ne pourrai jamais nier l'influence du Mouvement Perspectives sur mon parcours. Certes l'influence ne s'est pas faite directement mais j'ai grandi en voyant et en écoutant les discours, les discussions et les débats des militants de Perspectives. Je suis la fille d'un Perspectiviste. Je suis surtout impressionnée de l'importance que les militants de Perspectives donnent à la culture et au savoir et je pense que cela ne peut être qu'un exemple à suivre’’.

Autour de cet événement, Tahar Chegrouche, directeur de l’Institut Maghrébin pour les Etudes Stratégiques (IMES) et qui a rédigé un ensemble de travaux sur le mouvement Perspectives – Amel Tounsi, a livré un article dans lequel il a parlé ‘’d’un mouvement chargé de significations’’ aussi importantes pour la génération d’antan que pour celle d’aujourd’hui. Il fait écho dans cet article à l’ensemble des travaux du colloque Perspective 50 et affirme que le prolongement de ce mouvement réside dans le fait même qu’il est aujourd’hui impossible de travailler sur les mouvements sociaux et politiques sans y faire référence.

Rappelons que la Tunisie vit aujourd’hui au rythme d’une certaine prise de conscience envers ce que l’on appelle ‘’le devoir de mémoire’’ et que des initiatives comme le colloque de Perspectives 50 y participent de très près en posant les pierres angulaires de ce long cheminement, tout autant qu’un documentaire réalisé par Hichem Ben Ammar à ce sujet et récemment projeté en Première à Tunis, intitulé ‘’La mémoire noire, témoignages contre l’oubli’’ et qui contient des témoignages filmé des militants du mouvement Perspectives – Amel Tounsi.

 

 
 
 
 

0 Commentaires

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire