Projet de l’observation électorale à long terme en partenariat avec Mourakiboun

Projet de l’observation électorale à long terme en partenariat avec Mourakiboun

L'Association tunisienne pour l'éveil démocratique "ATED" est née en Avril 2011, trois mois après la révolution du 14 Janvier. En se construisant une réputation en tant que réseau d'observation des élections "Mourakiboun", le but de ses jeunes dans le bureau central de Tunis ainsi que les 4000 observateurs, est de contribuer à l'implication des citoyens dans le processus démocratique et électoral de la Tunisie.

Le 23 Octobre 2011, jour des premières élections après la chute du régime de Ben Ali, Mourakiboun a déployé 3320 observateurs couvrant l'ensemble des 27 circonscriptions électorales et un total de 4390 bureaux de vote. Dans leur rapport préliminaire, ils évaluent l'élection comme une opération globalement bien tenue "sans incident majeur" mais ils signalent des défaillances dans deux domaines: la non-transparence de la compilation des résultats et l'encombrement des bureaux de vote en raison d'une allocation inégale des électeurs aux bureaux de vote. Le réseau avait également découvert des erreurs dans le registre des électeurs entraînant des cas, dans lesquels le droit de vote a été refusé aux citoyens.

Les leçons tirées de ces expériences ont conduit à trois grands projets pour l'année électorale 2014: Avec le projet de la "Cartographie des centres de vote", Mourakiboun géolocalisa toutes les 4223 écoles à travers le pays qui serviront de centres de vote. Facilitant d'une part l'enregistrement des électeurs et de l'autre la coordination des observateurs le "jour-j", ainsi que la répartition des citoyens aux bureaux de vote par la commission électorale ISIE. Le projet de "Tabulation de vote parallèle" (PVT) de Mourakiboun porte sur les défaillances en matière de la transparence dans la compilation de 2011. Avec l'aide d'un échantillon représentatif et le déploiement d'environ 4000 observateurs le jour du scrutin, Mourakiboun sera en position d'évaluer les résultats définitifs des élections avec une marge d'erreur minimale.

Les erreurs détectées dans le registre des électeurs en 2011 et la conclusion que les élections sont toujours résultat du processus précédent ont conduit, en Avril 2014, au lancement du projet d'observation à long terme (LTO) en partenariat avec la Fondation Heinrich Böll. Regardez dans cette présentation TEDx par Rafik Halouani, coordinateur général, le chemin de Mourakiboun vers le projet LTO (en arabe tunisien).

Le projet LTO vise à observer toutes les phases du processus électoral dans tout le pays (27 circonscriptions) et est internationalement ainsi que notamment dans le monde arabe une expérience relativement nouvelle. Depuis le 23 Juin, 54 observateurs à long terme (LTO) et 27 coordinateurs sont deployés afin d'observer les phases de l'inscription des électeurs, de dépôt des candidatures et de la campagne électorale menant aux élections législatives le 26 Octobre et aux élections présidentielles le 23 Novembre (deuxième tour probable le 28 ​​Décembre). Le fondement de l'observation se constitue du respect des acteurs politiques pour la loi électorale et les arrêtés de la commission électorale ainsi que la Déclaration des Nations Unies des principes généraux pour l'observation des élections non-partisane par les organisations citoyennes. Les défis change toutefois en fonction des phases électorales. Dans la phase d'inscription des électeurs, Mourakiboun a suivi la commission électorale dans la création d'un registre des électeurs précis et de garantir l'égalité d'accès des citoyens à la procédure d'inscription. Leur lobbying politique a conduit à une extension de la phase ainsi que la suspension de l'inscription par des appareils mobiles (voir rapport sur ​​l'inscription des électeurs du 14 Juillet ci-dessous). Dans leur évaluation préliminaire des phases d'enregistrement et de candidature, Mourakiboun signale des défaillances dans le registre des électeurs et concernant le parrainage des candidatures présidentielles mais a jugé possible de les surmonter et de les traiter. Dans cette logique, le rapport propose des recommandations spécifiques à la commission électorale ISIE.

Le 4 Octobre la campagne électorale a commencé. Les LTOs et les coordinateurs sont désormais soutenues par 528 (2 par délégation) superviseurs dans la collecte des données et des informations sur le terrain. Après la commission électorale et ses représentations locales (IRIEs), ce sont les partis politiques qui passent au centre de l'attention. Par conséquent, les LTOs assistent à des événements, des discours et des démonstrations des partis politiques et des listes indépendantes. Ils observent les médias locaux et sociaux et sont rapidement déployables en cas d'incidents. Une attention particulière de l'observation se porte à la violence électorale. La création d'un climat de violence et d'insécurité causé par exemple par la diffamation incontrôlée et l'intimidation des minorités sociales, ainsi que la discrimination basée sur le genre dans le discours politique pourraient être utilisés comme une stratégie politique pendant la campagne. En dénonçant ces obstacles à l'accès au processus, en particulier dans les zones à faible médiatisation et un degré élevé de rivalité, il est prévu d'augmenter les coûts politiques pour les acteurs qui emploient telles méthodes.

Les organisations de la société civile tunisienne bénéficient d'un degré élevé de crédibilité dans la vie publique. En gardant l'équilibre entre l'effort technique de l'observation des élections et de leurs choix politiques, ils peuvent avoir un impact réel. Consultez, s'il vous plaît, les rapports de projet avec une analyse de la situation politique ci-dessous. Cet article sera mis à jour constamment.

0 Commentaires

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire