L'Atlas de la Viande

L'Atlas de la Viande

01 Octobre 2014 par Heinrich-Böll-Stiftung European Union, Friends of the Earth Europe, ARC 2020
Heinrich-Böll-Stiftung European Union, Friends of the Earth Europe, ARC 2020
pdf
Lieu de publication: Brussels, Belgium/ Berlin, Germany
Nombre de pages: 68
Licence: CC-BY-NC-ND 3.0
Langue: French

La nourriture est plus qu’un besoin, elle est une affaire très personnelle. On y trouve souvent plusieurs sentiments : la familiarité, la détente, la routine, ou encore le stress. Nous mangeons dans toutes sortes de situations différentes avec nos propres préférences, assez personnelles.
Nous sommes en même temps de plus en plus éloignés de ce qui se trouve dans nos assiettes, sur la table et dans nos mains. Vous demandezvous parfois d’où viennent le steak, la saucisse ou le hamburger que vous mangez ? La satisfaction personnelle reflète des décisions éthiques et les préoccupations privées sont par nature très politiques. À chacun de nous de décider ce que nous voulons manger. La consommation responsable est demandée par un nombre croissant de personnes qui ont donc besoin d’informations sur lesquelles fonder leurs décisions.
Comment des consommateurs normaux peuvent-ils comprendre les effets causés par leur consommation de viande ? Combien de personnes réalisent que notre demande de viande est directement responsable du défrichement de la forêt
amazonienne ? Sommes-nous conscients des impacts de l’élevage industriel sur la pauvreté et la faim, les déplacements de populations et la migration, sur le bien-être animal, ou sur le changement climatique et la biodiversité ?
Au supermarché, les paquets de viande et de saucisses ne révèlent aucune de ces préoccupations. Les grandes entreprises agroalimentaires tentent, au contraire, de minimiser les effets néfastes de notre surconsommation de viande. Dans les pays développés, la publicité et les emballages transmettent l’image d’animaux heureux dans des fermes plaisantes. La souffrance endurée par les animaux, les dommages écologiques et les impacts sur la société sont mis sous le tapis.
Une personne sur sept dans le monde a un accès restreint à la nourriture. Nous sommes très loin de l’application du droit reconnu au niveau international, de l’accès à une nourriture quantitativement et qualitativement suffisante. Au
contraire, près d’un milliard de personnes dans le monde souffrent de la faim. Et ce en grande partie à cause de l’émergence d’un élevage intensif à grande échelle et d’industries alimentaires pour répondre à la demande insatiable de viande des classes moyennes.
Les consommateurs de nombreux pays en ont assez d’être trompés par l’industrie agroalimentaire. Ils préfèreraient qu’au lieu de subventionner les fermes industrielles – comme aux États-Unis et dans l’Union européenne – l’argent public
soutienne des politiques raisonnables favorisant une production d’animaux d’élevage saine, écologique, sociale et éthique. Une des principales préoccupations de la Heinrich-Böll-Stiftung est de donner des informations sur les effets de la production de viande et de proposer des alternatives.
Les gouvernements des pays développés doivent changer radicalement de direction et résister au lobby agricole, tandis que les pays en développement doivent éviter les erreurs commises partout ailleurs. Conscients des effets de la production intensive de viande, ils peuvent, pour le futur, mettre en place un type de production socialement, éthiquement et écologiquement responsable. Au lieu de tenter d’exporter leur modèle défaillant, l’Europe et les États-Unis devraient plutôt montrer que le changement est à la fois nécessaire et possible.
Des alternatives existent. La production de viande avec des animaux élevés en pâturage plutôt que parqués dans des bâtiments et une production locale de nourriture plutôt que des expéditions à des milliers de kilomètres en sont des exemples. Les engrais ne doivent pas endommager la nature ni la santé de la population locale. On peut ne l’utiliser que sur les champs du fermier afin d’enrichir son sol.
Notre atlas vous convie à un voyage autour du monde. Il vous donne des aperçus sur les liens globaux créés par notre consommation de viande. Seuls des consommateurs informés et critiques peuvent prendre les bonnes décisions et exiger les changements politiques nécessaires.

Table des matières:

INTRODUCTION

LEÇONS À TIRER

LA HAUSSE DU MARCHÉ MONDIAL

CONCENTRATION : DES ÉCONOMIES D’ÉCHELLE AVEC MOINS DE DIVERSITÉ

LA FABRICATION DE PRODUITS CARNÉS : L’INDUSTRIE DE L’ABATTAGE

ROUGE ÉCARLATE DANS LES FRIGOS

LIBRE ÉCHANGE VS ALIMENTS SAINS

LES COÛTS CACHÉS DU STEAK

POURQUOI LES FERMES TUENT LES POISSONS : LA PERTE DE BIODIVERSITÉ

UNE PLANÈTE PAUVRE EN ESPÈCES

DE FUNESTES ANTIBIOTIQUES

QUAND LE RÉSERVOIR SE VIDE

LES CÉRÉALES DANS L’AUGE

L’ÉMERGENCE D’UN EMPIRE SUD-AMÉRICAIN DU SOJA

LE COÛT CLIMATIQUE DU BÉTAIL

LES ÉLEVEURS DE LA FORÊT TROPICALE

DES HAMBURGERS AU GLYPHOSATE

SURABONDANCE DE VOLAILLES : LES POULETS PRENNENT LE DESSUS

OÙ L’ÉLEVAGE DE POULETS EST LE TRAVAIL DES FEMMES

EN AFRIQUE, L’IMPORTATION D’AILES DE POULET DÉTRUIT LES ENTREPRISES

INQUIÉTUDE DANS LES PAYS RICHES

UN DEMI-MILLIARD DE NOUVEAUX CONSOMMATEURS, DE RIO À SHANGHAI

L’ÉLEVAGE URBAIN BOUDÉ

DE BROUSSAILLE À PROTÉINES

À LA RECHERCHE DE LA QUALITÉ

VÉGÉTARISME : BEAUCOUP DE RACINES, BEAUCOUP DE POUSSES

QUE FAIRE ET COMMENT LE FAIRE ? INDIVIDUS ET GROUPES

PLUS DE VERT POUR L’EUROPE

AUTEURS ET SOURCES

DES DONNÉES ET GRAPHIQUES RESSOURCES

0 Commentaires

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire